vinyl-records
vinyl-records

SOTL #4 /// Julien – Casual records

Un acteur de la scène = une liste de 10 morceaux. Pas forcément les meilleurs, les premiers, les mieux joués, mais plutôt la musique qui l’inspire, qu’il aime sans raisons particulières. Le genre de trucs qu’il écoute dans le noir, ou en fin de soirée, chaud comme un marron sur le poêle.


Des répets, quelques concerts, trois personnes dans le public, puis six, quinze, vingt… Une cassette démo – pardon un MP3 –, pour envoyer aux labels, inaccessible antichambre du succès ; aux salles, autels de la gloire… Puis, un jour sans lune, après un concert, un mec te parle. Le messie. Il aime bien ce que vous faites. Et toi t’aimes ce qu’il fait, lui. Forcément, le type sort des disques. Un concert est éphémère, mais un disque, c’est la preuve même de l’existence, c’est l’immortalité en plastique…
Même là où le « do it yourself » est de rigueur, par conviction mais aussi par défaut, les labels restent des acteurs indispensables. Fondé en 2009, à une époque où le disque mourrait à petit feu, Casual Records a su souffler sur les braises d’une scène moribonde. Depuis Nancy, Julien a posé les bases d’entrée de jeu : antifasciste et underground. En soutien de la scène de l’Est (Young Soul Rebel, Contingent anonyme, 65 Mines Street), du punk, du harcore de la oi!, du reggae ; mais aussi en sortant des groupes étrangers (Action Sédition, Enraged Minoriy, Bull Brigade). Huit ans plus tard, Casual Records est un des labels les plus actifs de sa scène, alternant éditions de « valeurs sûrs » et découvertes, comme récemment Lorelei, jeune groupe nancéien de punk mélodique. Et c’est  bien là que les labels restent indispensables, dans la découverte et le soutien de jeunes groupes. Support your scene ! / Mateo B.

1 – Les Sheriff / J’aime jouer avec le feu

Impossible d’envoyer une playlist sans mettre Les $heriff dedans, ce morceau en particulier, qui me colle à la peau comme un tattoo. Je prends volontairement le morceau live car il y a nettement plus d’intensité que sur la version studio.

2 – Angelic Upstarts / Solidarity

Parce que ce groupe est juste une référence et ce morceau un hymne ! Comment ne pas avoir des frissons aux premiers accords de cette chanson ?

3 – Camera Silens /A qui la faute ?

Ce morceau, cette tristesse dans la voix, ce sax qui revient, et ces paroles ….

4 – 8°6 CREW / Lions en cage

Le tout nouvel album des 8°6 est à la hauteur de mes espérances, et j’ai eu du mal à choisir un titre en particulier. Du Ska en Français, très bien écrit et très bien fait. Pour moi l’album de l’année.

5 – Bobby Sixkiller / Nancy Soul City Rockers

Une dédicace pour les copains, le groupe de chez nous qui chante les potes, les déplacements un peu partout et les soirées reggae dans notre rade préféré.

6 – Redskins / Hold On Incontournable

Mon morceau préféré de ce groupe, la basse qui tourne et tourne encore…

7 – Al Barry and the Cimarons / Morning Sun

Un morceau à passer en soirée ou en journée, sans modération. Ma top tune reggae.

8 – Norma Fraser / The First Cut Is the Deepest

Parce qu’il fallait au moins un pur morceau de Rocksteady dans cette playlist, cette voix pleine d’émotion, ce son un peu imparfait, déconseillé par temps de pluie.

9 – The Jam / Town Called Malice

Encore un morceau culte, ça respire la classe ouvrière, le brouillard et l’huile de moteur.

10 – Los Foiros / Braquage

Sans transition et pour finir avec un peu de Oi!, les mythiques FOIROS de Bordeaux, « Braquage » parce qu’on y a tous pensé au moins une fois dans nos vies d’ouvriers !

Laisser un commentaire