Les chroniques de Groom lake

Les chroniques de Groom lake

de Chris Ryall et Ben Templesmith

Auteur(s): Chris Ryall et Ben Templesmith
Date de sortie: Janvier 2018
Éditeur(s): Editions DELCOURT 
Les chroniques de Groom lake

Pré publiés en 2009 aux USA sous le label IDW Publishing, les 4 comics intitulés « Groom Lake » sont regroupés ici en un seul recueil chez Delcourt. Les chroniques de Groom Lake nous entrainent en pleine science-fiction sur le territoire de Groom lake, qui n’est autre que la zone 51 dans le Nevada, un lieu bien connu des amateurs d’OVNI (la préface du livre est d’ailleurs réalisée par Whitley Strieber, auteur américain et ufologue convaincu). On y suit les aventures de Karl BAUER, dont le père a été enlevé par des extraterrestres deux ans auparavant et qui réapparait subitement. Contacté par des agents fédéraux, Karl va découvrir que Groom Lake cache une base secrète où humains et extraterrestres collaborent pour fabriquer une arme de destruction massive. Entre théories complotistes et délires paranoïaques, Karl n’est pas au bout de ses surprises, d’autant plus que les extraterrestres fument des cigarettes à n’en plus finir et étudient les humains en les sondant par l’anus à l’aide d’une machine improbable.

Nul besoin de vous préciser que ce livre déborde d’une imagination délirante, politiquement incorrecte et fort jouissive au demeurant. Le tout est agrémenté d’un saupoudrage d’humour noir qui donne un côté décalé à l’ensemble. La présence de Chris Ryall à l’écriture du scénario est de toute façon un gage de qualité, puisque ce dernier n’est autre que le co-scénariste de la série Zombies VS Robots qui a été nommée aux Eisner Award en février 2011. Chris Ryall est également le directeur artistique et l’éditeur en chef du label IDW. Il est aussi à la base de  Secret show  (paru chez Akiléos en 2011, avec Gabriel Rodriguez au dessin) et  Road Age (l’adaptation en BD du roman Duel de Stephen KING) entre autres. Ses thèmes de prédilection restent l’horreur, le post apocalyptique, l’anticipation et, dans une certaine mesure, la science-fiction, comme on peut le constater dans  Les chroniques de Groom Lake.

« Entre théories complotistes et délires paranoïaques, Karl n’est pas au bout de ses surprises, d’autant plus que les extraterrestres fument des cigarettes »

Au dessin et à la mise en couleurs, on retrouve Ben Templesmith, un graphiste australien au style très reconnaissable. Connu pour son travail avec Warren Ellis (Transmetropolitan) sur le comics Fell, il a aussi dessiné les séries 30 jours de nuit, Wormwood, Ten Grand et même Hellspawn. Il fut nommé quatre ans de suite au Eisner Awards pour l’ensemble de son travail de 2005 à 2008. Son graphisme, tirant vers le style « cartoon », est magnifié par une mise en couleurs bi chromique jouant sur les contrastes entre ombre et lumière. Ce traitement donne une ambiance particulière qui sied parfaitement à l’intrigue. Les décors sont relativement minimalistes, voire inexistants, pour mieux concentrer la narration sur les personnages.

Deux galeries d’illustrations du comics Groom Lake viennent clore ce recueil. L’une d’elle regroupe les couvertures de Templesmith, l’autre présente des œuvres de quatre autres créateurs sur le même thème.

Ce livre s’adresse principalement à un lectorat adolescent et adulte, ne serait-ce que pour les références « ufologiques » qui sont invoquées, car avec Les chroniques de Groom Lake, on est en pleine culture « geek » !

Laisser un commentaire