Hell's Angels hanau
Hell's Angels hanau

Bikers Allemands : Virages à (l’extrême) droite

La « Fraction Armée Brune », symbole de la collusion entre néonazis et bikers en Allemagne.

11 novembre 2011 : après treize années de vie clandestine, le trio de Thuringe (Allemagne), qualifié par la presse de « Fraction Armée Brune », se suicide. Entre 1998 et 2011, il a assassiné neuf travailleurs immigrés en Allemagne. L’enquête montre que pendant ces années, il a bénéficié du soutien logistique de Ralf Wohlleben, ancien dirigeant du NPD de Iéna, organisateur de concerts d’extrême droite, mais aussi inculpé dans le procès contre les Bandidos, un des grands clubs de motards criminalisés, avec lequel il est lié. Cet événement a mis en lumière une réalité connue depuis longtemps par les antifas allemands, à savoir les liens unissant les néonazis et certains clubs de motards comme les Hells Angels, les Bandidos, les Outlaws ou les Gremiums, ainsi que les rapprochement opérés depuis une dizaine d’années.

Les clubs 1 % : clanisme viril et illégalisme vénal

On peut aimer les Harley et les motos personnalisées, les grandes balades entre copains et soirées passées à écouter du rock’n’roll en faisant, ou pas, partie d’un club de passionnés. Parmi les clubs, on trouve ceux qui se qualifient de 1 %, estimant ne représenter que ce pourcentage de motards. Les plus connus sont les Hells Angels, les Bandidos et les Outlaws. Se définissant comme « apolitiques », ils revendiquent un mode de vie ouvertement illégaliste, en rupture avec le système. Mais la liberté dont il s’agit ici est celle du plus fort, exercée le plus souvent dans le commerce et le trafic de drogue, d’armes, de pièces détachées et de motos, mais aussi la prostitution et le racket. L’argent est blanchi dans l’immobilier, les bars et les salons de tatouage, grâce à la complicité de « supports » en quête de reconnaissance et d’argent facile.

« …ils revendiquent un mode de vie ouvertement illégaliste, en rupture avec le système. Mais la liberté dont il s’agit ici est celle du plus fort, »

Tous ces clubs, aux différences minimes, fonctionnent sur le même principe. Composés exclusivement d’hommes recherchant l’entre-soi masculin et affichant souvent leur virilité de façon ostentatoire (les femmes ne peuvent pas être membres), très majoritairement blancs (les non-Blancs y sont rares, et certains clubs sont explicitement « white-power »), ces gangs ont depuis longtemps une réputation de machisme et de racisme, rarement usurpée. Le recrutement s’y fait par cooptation, en plusieurs étapes de probation qui confèrent successivement au candidat, s’il apparaît « apte », le statut de « support » puis celui de « hangaround », de « prospect » et enfin de « full patch ». Seul ce dernier stade donne le droit de porter sur le dos de son blouson les « couleurs », composées du nom du club, de son logo et du nom de son pays. Reflétant l’organisation quasi-militaire des clubs, les « uniformes » des membres s’ornent ensuite de grades, titres et décorations diverses, distinguant les membres selon leur ancienneté et leurs attributions.

Quels que soient les clubs, leur fonctionnement est à l’opposé exact d’une démarche libertaire, antifasciste, antiraciste, antiautoritaire, anticapitaliste et antisexiste. Et donc ultralibérale et fascistoïde. En concurrence directe, les clubs sont en guerre pour le contrôle de territoires. Elles feront plusieurs dizaines de morts en Europe du Nord et au Canada dans les années 1990. Comme c’est mauvais pour les affaires, des trêves sont signées entre les clubs, qui développent des stratégies différentes. Depuis le début des années 2000, le nombre de clubs affiliés a ainsi a fortement augmenté, permettant un maillage des territoires.

Le NPD s’institutionnalise, les militants radicaux s’en éloignent

En Allemagne, en 2005, le NPD (Parti national démocrate d’Allemagne, néonazi) souhaite, comme le Front national en France, changer son image pour devenir un parti plus institutionnel. De nombreux membres du NPD issus des groupes de l’extrême droite radicale, du hooliganisme, des boneheads ou des clubs de musculation, rejoignent alors le milieu biker, dont les fins et les moyens sont proches des leurs. De leur côté, les moto-clubs criminalisés ont besoin de ces gangs de rue, aux modes de pensée et d’action compatibles avec les leurs. Partageant le goût du clanisme viril et autoritaire, de la symbolique guerrière et le culte de la violence physique, néonazis et bikers sont faits pour s’entendre. Les clubs de bikers 1 % organisent désormais un recrutement actif dans les milieux d’extrême droite, et de nombreux gangs de rue néonazis sont officiellement « supports » de l’un ou l’autre de ces clubs. C’est une « reconversion » offrant plus de perspectives de rentabilité financière et de reconnaissance que le militantisme, tout en ayant des codes et des logiques similaires, d’où son succès parmi les néonazis ayant passé la trentaine.

2009 : accords de paix entre bikers

En 2009, suite aux accords de paix entre Hells Angels et Bandidos, ces deux groupes travaillent en partenariat, se partageant les territoires et procédant à des échanges de membres, comme à Berlin. Les Hells Angels y ont créé un club réservé aux Turcs, leur tradition n’étant pas multiethnique. Les clubs recrutent également au sein des clubs de supporters de foot d’extrême droite. Celui du BFC Dynamo Berlin est officiellement support des Hells Angels. Les moto-clubs accueillent des concerts de RAC (Rock Against Communism) organisés par l’extrême droite radicale. Le Club Bandidos de Mannheim accueille depuis 2002 des concerts organisés par les Blood & Honour, avec les groupes Siegnum, Propaganda, White Voice, Stone, Aufmarsch, Gegenschlag, Wewelsburg et Totenburg. Les Hells Angels, les Outlaws et les Gremium accueillent les concerts de Oi ! et de NS Black Metal de Kategorie C ou Magog, issu du mouvement « Skinheads Sächsische Schweiz » (SSS).

« Les groupes de musique de la scène néonazie commencent dès 2003 à remercier les clubs 1 % sur leurs albums »

La situation n’est pas uniquement allemande : un concert RAC à Barcelone le 12 octobre 2011, attaqué par les antifas locaux, se tenait dans The Other Place, bar tenu par les Hells Angels. Les groupes de musique de la scène néonazie commencent dès 2003 à remercier les clubs 1 % sur leurs albums. Gegenschlag crédite ainsi les Bandidos après avoir joué dans leur local à Mannheim. Certains moto clubs préfèrent pourtant séparer les « affaires » et la « politique ». Cela n’empêche pas des collaborations, comme lorsque le chapitre des Bandidos de Neubrandenburg organise la rencontre européenne du club par l’intermédiaire de Maik Wittman de Rosenhagen, néonazi propriétaire de la boutique New Dawn à Anklam, travaillant dans le salon de tatouage « Blood & Pain », et également employeur de Markus Thielke, activiste au sein de « Kameradschaftsbunds Anklam » (KBA), autre groupuscule néonazi. De telles associations ne sont en rien dues au hasard, dans la mesure où ce sont des naziskins qui assurent la sécurité de la prostitution dans des véhicules ou des appartements, le trafic de drogue ou d’armes organisé par les Bandidos.

Quelques exemples de liens entre bikers et néo-nazis :

  • Andreas Siegfried Pohl, ancien batteur d’un des premiers groupes de rock d’extrême droite « Kraft durch Froide » et figure du mouvement « Nationalistischen Front », interdit en 1992 et reconstitué sous le nom « Sozialrevolutionäre Arbeiterfront (SrA) » gravite dans la zone grise entre nazis et bikers. Il est ainsi devenu membre des Vandalen, puis des MC Gremium.
    La razzia effectuée dans les milieux bikers dans le nord de l’Allemagne en 2003 et chez Combat 18 Pinnenberg permet de découvrir que les néonazis achètent et vendent des armes dans le milieu biker. En 2007, un certain Seeman, de Dortmund, fait partie des 19 nazis arrêtés lors d’une opération de police. Il sera condamné pour avoir vendu aux Bandidos des armes en provenance des Blood & Honour de Belgique.
  • Peter Borchert, ancien dirigeant du NPD, a rejoint les Bandidos et est devenu président de club. Il était auparavant patron du bar Club 88 de Neumünster, toujours situé à proximité du club. Il a été arrêté dans le cadre de la guerre de territoires avec les Hells Angels.
  • Le groupe Division 28, issu des Blood & Honour, navigue entre scène néonazie, milieu de la prostitution et moto clubs criminalisés.
  • Une « Nordmann Treffe » [« Rencontre d’hommes du Nord »], organisée par le groupe d’extrême droite berlinois Walhalla 92, montre que parmi les invités se trouvent les membres des clubs MC Born to be wild et die Vandalen, moto-clubs ouvertement nazis.
  • Dans le Club MC Gremium de Steinkirchen, les murs sont couverts d’affiches white power, et de celle du NPD qui dit « bon voyage » en ciblant les immigrés.

Ces exemples, relevés par les antifas allemands, bien organisés comme on le sait, sont l’illustration d’un rapprochement qui s’est opéré ces dernières années, et qui touche tous les pays d’Europe, y compris la France.

Traduit et présenté par Fred Alpi

Sources :

 » Der Rechte Hand », avril 2003
Braune Kameradschafte, 2004
Monitor, février 2005
Site Redok, 10 septembre 2007
Cyberpunk, mars 2010
Sachsen-Anhalt Auswertungen, 27 juin 2010
Dunkelfeld
Tageszeitung, 25 novembre 2010
Lotta n°39 – Été 2010

Laisser un commentaire